L’espoir inespéré

Un membre de Ste-Foy

Seul dans ma tête, dans le noir, je me promène dans un brouillard épais. Je ne me pose plus la question à savoir où aller, car j’ai l’impression que la vie va s’en charger. Je souffre énormément d’un mal non apparent. Je souffre terriblement par en dedans. J’essaie de me taire, car j’ai excessivement peur de déplaire. Pourtant, je n’ai rien fait de mal, mais une peur en dedans m’empêche de mettre le pied devant.

Seul dans ma chambre j’anticipe toujours le pire. L’avenir et l’incertitude me terrifient. J’ai peur d’être jugé par les autres, à mon travail, dans la rue ou même avec ma famille. J’ai la phobie d’attraper des maladies, ce qui me force à me laver les mains sans arrêt. L’angoisse associée à la sensation de vide qui m’habite me pousse à acheter compulsivement pour combler ce vide. Parfois, j’ai l’impression de devenir fou. Le désir de m’accomplir est devenu tellement une obsession que je n’arrive plus à me réaliser en tant que personne, à trouver ce qui me rend heureux et à être moi-même.

Difficile de croire qu’une personne vit avec cette manière de penser. Pourtant, un grand nombre de gens souffrent d’anxiété et demeurent silencieux, rongés par la peur et le désespoir. Personne ne devrait être destiné à vivre dans le malheur.

Tout le monde, je dis bien TOUT LE MONDE, peut retrouver une belle qualité de vie avec l’aide des proches, des amis, des professionnels de la santé et bien sûr des gens de Phobies-Zéro. La vie a tant à nous offrir. Elle est remplie de belles surprises. Derrière notre malheur se cachent des forces inépuisables qui peuvent nous amener là où jamais nous n’aurions pensé aller.

Le bonheur ne se limite pas seulement aux succès, aux réussites et au savoir. Se connaître, apprendre à s’aimer et à s’accepter tel que l’on est, être plus indulgent envers soi-même, apprendre à se respecter dans les hauts et les bas nous amèneront, je crois, la force de garder la tête haute et d’admirer la beauté de la vie au lieu de voir les choses moins belles.