Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC)

TI Tp0 O0 Ue70

On parle de trouble obsessionnel-compulsif (TOC) lorsque la personne vit avec des obsessions et des compulsions qui jouent de façon importante dans son équilibre psychologique.

Les obsessions touchent:

  • Les idées,
  • Les pensées,
  • Les impulsions,
  • Les représentations d’images mentales persistantes.

Ces obsessions ne sont pas nécessairement en lien avec la vie réelle. Elles sont perçues comme inappropriées et font intrusion dans la conscience de la personne malgré sa volonté; ce qui entraînent une anxiété ou une détresse importante.

La personne fait des efforts surhumains pour éliminer ces pensées obsédantes, ces impulsions ou ces représentations qui proviennent de sa propre activité mentale en tentant de les remplacer par d'autres pensées ou actions. Elle sait que ses idées et images noires ne sont pas imposées de l'extérieur comme dans le cas des pensées imposées.

LES OBSESSIONS entraînent une anxiété ou une souffrance marquée. Les obsessions plus fréquentes sont :

  • La contamination
  • Le doute
  • La maladie
  • La symétrie et l’ordre
  • Les impulsions agressives
  • Les impulsions sexuelles

LES COMPULSIONS servent à neutraliser l'anxiété par d’autres pensées ou actions bien précises ou ritualisées. On parle de :

1. COMPORTEMENTS RÉPÉTITIFS: La personne a peur de faire une erreur, de créer un préjudice à quelqu’un, d’être responsable d’une action qui dans le futur risque de menacer les autres ou elle-même. Ces peurs obligent la personne à vérifier les comptes, l’eau, le gaz et l’électricité. Parfois, la peur d’avoir écrasé quelqu’un en voiture oblige la personne à vérifier le trajet effectué d’abord en voiture puis en bus. Elle a plus de compulsions de vérification que la population normale.

  • Le lavage : La personne a, en général, peur de la contamination (sang, salive), peur des microbes, de la saleté (poussière, poudre à lessive) ou peur d’être souillée au contact d’autrui. Ces peurs entraînent des évitements, des situations anxiogènes et des lavages de mains, des douches, des changements de vêtements et le nettoyage des objets contaminés (poignées de porte, chaussures, sacs, courses).
  • La symétrie, l’ordre et la perfection : La personne recherche la symétrie, l’ordre des choses dans tout: dans les placards, les verres, les bouteilles, les conserves, le linge. Les objets sont parfaitement au carré de même que les poubelles, les piles de livres et de disques, les fils du téléphone. Elle se sent obligée de ranger les objets de manière identique et parfaite, à égale distance des bords, sinon elle recommence jusqu’à ce qu’elle y arrive ou qu’elle soit sûre du résultat parfait. Certains ne peuvent ranger un objet ou quitter leur appartement qu’à la condition que tout soit parfait, sans aucune tache visible.
  • Les collections, l’accumulateur : La personne n’est pas un vrai collectionneur, mais un collectionneur pathologique. Elle collectionne n’importe quoi. La différence avec le collectionneur c’est le caractère répugnant des objets collectionnés. Ces accumulations d’objets ne représentent pas toujours un sujet de plaisir (sacs poubelle, publicité, journaux, papiers écrits, vêtements). Elle ne peut se décider à jeter les objets de peur d’oublier une information utile ou de jeter quelque chose qui pourrait encore servir. Peu à peu, l’espace de vie se restreint jusqu’au moment où plus aucune seule pièce ne reste fonctionnelle. Ce rituel est difficile à supporter pour la famille, il crée d’énormes difficultés relationnelles.

2. ACTES MENTAUX : La personne a des pensées ou des images avec peu ou pas de rituels moteurs : pensées obscènes, blasphématoires ou insensées, images de violence sexuelle ou de nature répugnante. Elle peut se perdre dans le pourquoi et le comment de questions insolubles. Parmi les personnes qui peuvent être incluses, il y a celles qui

  • Compte
  • Répète des mots silencieusement
  • Prie ou se confesse

Les comportements répétitifs visent à empêcher un événement ou une situation redoutée. Tandis que les actes mentaux sont sans relation réaliste avec ce qu'ils proposent de neutraliser ou de prévenir.

Les obsessions ou compulsions sont à la source de sentiments marqués de détresse et d'une perte de temps considérable interagissant avec les activités habituelles de la personne, son fonctionnement professionnel ou scolaire ou encore ses activités sociales habituelles. La personne est constamment dans le doute.