Le trouble d’anxiété généralisée (TAG)

I e Pv9 Dxg7 U

Les personnes souffrant de troubles d’anxiété généralisée ont tendance à s’inquiéter de manière excessive au sujet de tout et de rien. Leurs pensées défilent tellement vite et négativement, qu’elles deviennent de plus en plus intenses et se nourrissent mutuellement.

Ces personnes s’inquiètent de petites choses et les exagèrent en leur donnant une tournure dramatique. Elles ne peuvent s’empêcher de s’inquiéter et ne peuvent ralentir leurs pensées; ce qui provoque de la détresse et déclenche une grande inquiétude. C’est un cercle vicieux qui handicape et empêche la personne de fonctionner.

À des niveaux plus élevés, l’anxiété ne conduit plus à des actions constructives. Elle devient un poids de plus à trainer voire à l’extrême, elle paralyse la personne.

La peur ne possède pas le caractère mordant si déplaisant de l’anxiété. L’émotion peur est causée par une seule idée : Un danger me menace. Une telle idée dans notre esprit, nous amène bien logiquement, entre autres, à regarder avant de traverser la rue, car nous avons en tête la croyance qu’un accident est imminent.

Quand vous éprouvez de l’anxiété, vous avez déjà en tête cette première idée qu’un danger vous menace. Si on ajoute une deuxième idée qui s’énonce à peu près comme suit : Je suis plus ou moins incapable de me comporter adéquatement devant ce danger. Cette deuxième idée fait naître l’anxiété.

C’est donc l’équation du potentiel danger additionnée à la peur de se sentir incompétent face à cette situation qui crée l’anxiété.

Finalement, ce que l’on doit bien comprendre de ce processus, c’est que ce sont nos idées et nos croyances qui causent l’anxiété et non les éléments qui nous sont extérieurs.

Chaque émotion vécue découle d’une idée, d’une opinion que nous avons. Le changement de cette idée amène automatiquement le changement des émotions. Ce sont les idées que nous nous formons à propos des événements qui peuvent nous réjouir, nous faire peur ou nous angoisser. Derrière chaque émotion se cachent une ou plusieurs idées et conceptions.

De là, les effets physiologiques se font sentir tels que :

  • Perturbation du sommeil
  • Crises de panique
  • Nausées et vomissements
  • Tensions musculaires
  • Flash-backs
  • Anxiété sociale
  • Trac